L'OMS publie de nouvelles prévisions pour la perte auditive d'ici 2050

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier de nouvelles prévisions pour les taux de perte d'audition dans le monde, et les chiffres sont préoccupants.

L'OMS signale qu'en 2050, environ 900 millions de personnes dans le monde souffriront d'une perte auditive invalidante. C'est une augmentation de 93% par rapport aux 466 millions de personnes qui souffrent de problèmes auditifs importants aujourd'hui.

Qu'est-ce qui se cache derrière cette augmentation? La majorité des personnes ayant une déficience auditive sont des adultes plus âgés, et cette population augmente, rapporte l'OMS .

Parmi les autres coupables, citons l'exposition à des sons forts provenant d'appareils audio personnels tels que les smartphones et les iPods, les concerts de rock, les bars bruyants et les lieux de travail bruyants; les effets secondaires de certains médicaments; infections de l'oreille; et la persistance dans le monde entier de maladies telles que la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Certains de ces facteurs de risque peuvent affecter les personnes plus jeunes. Par exemple, un rapport de l'OMS datant de 2015 a révélé que près de la moitié des personnes âgées de 12 à 35 ans montaient leurs appareils audio personnels à des niveaux dangereux.

«La perte d'audition est généralement perçue comme une partie normale du vieillissement, mais maintenant nous commençons à le reconnaître comme un gros problème» pour tout le monde, dit Paul Dybala, Ph.D., audiologiste et président de Healthy Hearing, un site Web consacré éduquer les gens sur les problèmes d'audition.

La perte auditive peut nuire gravement à votre capacité de communiquer, de travailler et de socialiser, et peut être coûteuse, car de nombreux régimes d'assurance aux États-Unis ne couvrent pas les coûts des prothèses auditives (qui commencent généralement à 1 650 $ chacune).

La recherche indique également que la perte d'audition chez les personnes âgées pourrait être liée au déclin cognitif, ce qui peut augmenter le risque de dépression et, possiblement, de démence.